Solo Rombaka

Ingénieur agronome ayant réalisé son mémoire de fin d’études sur les techniques de séchage solaire du poivre sauvage (Tsiperifery) de Madagascar

Après avoir obtenu son bac scientifique au lycée Sacré Cœur de Jésus à Madagascar, Solo a effectué un Master en industrie agricole et alimentaire - DPIQ (Développement de Projet, Innovation Qualité) à l’École Supérieur des Sciences Agronomiques (ESSA), Université d’Antananarivo Madagascar. Son mémoire de fin d’études porte sur l’optimisation d’une technique de conservation basée sur le séchage solaire du poivre sauvage (tsiperifery) de Madagascar.

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet DomeTsip sous la direction du Pr. Béatrice RAONIZAFINIMANANA (Enseignant Chercheur au sein de l’ESSA) et avec l’encadrement du Dr. Gaylor RAZAFIMAMONJISON (Enseignant Chercheur de la section Industrie Agricole et Alimentaire de l’ESSA).

Les résultats de cette étude ont notamment permis de nourrir la réflexion sur les opérations de séchage en vue de la rédaction d’un guide de bonnes pratiques sur la transformation des poivres sauvages de la Réunion et Madagascar, réalisé dans le cadre du projet Interreg-V Qualinnov 2.

Résumé

Le tsiperifery est un poivre sauvage à queue endémique à Madagascar. Il est très apprécié par la gastronomique internationale. Sa teneur en eau très élevée à l’état frais (70 à 80 %) le rend fragile. Jusqu’à ce jour, grâce à un important ensoleillement à Madagascar, le séchage solaire traditionnel est l’unique méthode de conservation de ce produit dans les zones rurales. Il consiste à exposer les produits directement au soleil sans aucune protection contre les insectes et les rongeurs. D’où la nécessité de trouver un type de séchage solaire permettant de réduire, voire de supprimer, ces inconvénients. L’objectif de ce travail était de déterminer le type de séchage solaire le plus adéquat pour les tsiperifery. Le séchage doit être réalisé dans un temps relativement court tout en minimisant les pertes de qualités et le coût de l’opération. Deux prototypes de séchoir solaire fonctionnant à convection naturelle ont été conçus, l’un de type direct et l’autre indirect. L’évolution de la teneur en eau du produit a été suivie pendant le séchage. Les caractéristiques physico-chimiques et la composition chimique des huiles essentielles obtenues ont été déterminées avant et après séchage dans une étude comparative. L’ensemble des essais effectués ont conduit au choix du prototype de séchage direct permettant de diminuer rapidement (de 2 à 4 jours) la teneur en eau de 76 % à 10 % et d’obtenir une teneur en huile essentielle de 14 % et en pipérine de 0,6 %. Ces valeurs sont toutes supérieures à celle obtenues via le séchage indirect. Néanmoins, le retour sur investissement pour l’utilisation du séchoir solaire direct est inférieur à celui du séchoir solaire indirect.

En savoir plus

Publiée : 05/09/2018

Bookmark and Share

Cookies de suivi acceptés